Sécheresse: levée de la phase de vigilance

La "phase de sensibilisation" reste en vigueur au Luxembourg.

Pourquoi? Après l’entrée en vigueur de la phase de vigilance, les consommations ont effectivement diminué. Le 29 juillet, avec le début du congé collectif, une autre chute importante de la consommation a pu être observée, et ce malgré la persistance des températures très élevées. À l’heure actuelle, les consommations effectives ne justifient plus le maintien de la phase de vigilance au niveau national. En fonction de l’évolution de la météorologie et de la consommation dans les semaines à venir et selon les situations locales, des restrictions pourront s’appliquer et il n’est pas exclu que des phases oranges seront déclarées au niveau communal.

L’appel à la population de limiter dans la mesure du possible la consommation d’eau potable et d’éviter tout gaspillage reste d’actualité. Par ailleurs, il est rappelé que tout prélèvement d’eau de surface reste interdit, même ceux couverts par une autorisation.

Situation inquiétante pour les cours d’eau

Actuellement, on constate une situation inquiétante concernant les débits d’eau. En effet, les faibles précipitations et le temps sec pourraient entrainer des minimas absolus du débit dans les cours d’eau au Luxembourg.

Pour faire le point sur l’impact de la sécheresse sur nos cours d’eau, nous nous appuyons sur plusieurs mesurages. Certains seuils critiques ont été atteints en 2022 − trois semaines plus tôt qu’en 2020, ce qui signifie que des valeurs minimales historiques seront potentiellement atteintes.

L’impact de la sécheresse sur les cours d’eau

Les faibles débits dans nos cours d’eau peuvent engendrer des minimas critiques pour la survie de la faune et la flore du milieu fluvial.

Avec des débits en baisse, la concentration des charges polluantes dans l’eau augmente, étant donné que l’effet de dilution est moindre. En même temps les débits inférieurs signifient aussi que les températures de l’eau atteignent plus rapidement des seuils critiques pour la survie des organismes aquatiques, car il y a moins d’oxygène dissous dans l’eau avec des températures plus élevées. Ces deux facteurs concomitants ont comme conséquence que la qualité de l’eau subit une dégradation sensible. Il s’ensuit que tout prélèvement supplémentaire d’eau devient préjudiciable pour la survie des organismes aquatiques et doit être évité.

Compte tenu de la situation d’étiage actuelle dans les cours d’eau, le ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement durable et l’Administration de la gestion de l’eau réitèrent l’interdiction de tout prélèvement d’eau dans les eaux de surface.

Communiqué par le ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement durable / l’Administration de la gestion de l’eau

Dernière modification le 17.08.2022

Des articles de la même catégorie